GP4 : Analyse économique des ressources géologiques et des géotechnologies

Mouezz Fohda (Université LEO), Christian Hocquard (BRGM), Eric Marcoux (ISTO)

L’exploitation des  ressources minières et énergétiques constitue un enjeu capital vis-à-vis du respect de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique. D’une part, le caractère plus ou moins épuisable de ces ressources pousse les sociétés à faire des arbitrages difficiles entre leur préservation et la croissance économique. Epuiser une ressource naturelle permet de croître rapidement aujourd’hui au risque d’être freiné le jour où elle manquera. L’épuisement des ressources est aussi un élément clé de l’évolution de leur prix. D’autre part, ces ressources peuvent également jouer un rôle non négligeable par leurs capacités de stockage à long terme de rejets gazeux et de déchets engendrés par l’activité économique. L’exploitation durable des ressources nécessite donc de mettre en œuvre des techniques plus ou moins bien maîtrisées. Les plus récentes sont évidemment celles sur lesquelles pèsent la plus forte incertitude quant à leur efficacité globale et donc leur rentabilité. Elles existent bien souvent, mais leur diffusion dans l’ensemble de l’économie est freinée par cette incertitude intrinsèque. Le LEO dispose d’une capacité d’expertise qui permet d’envisager des pistes de recherche à plus long terme, portant respectivement sur l’analyse économique des ressources géologiques, et d’autre part sur l’évaluation de l’apport des géotechnologies et l’utilisation économique du sous-sol.

L’analyse économique proposée développera les outils pertinents pour une évaluation économique de ces nouvelles technologies. Cette évaluation tiendra compte, non seulement des coûts et bénéfices effectifs de court terme, mais aussi des coûts et bénéfices potentiels à moyen long terme, qu’ils soient privés ou sociaux, de l’incertitude future sur le contexte économique, technologique et environnemental, de l’irréversibilité des choix présents, des possibilités de progrès technique, de l’acceptabilité de ces techniques. Deux grandes thématiques seront abordées.

L’analyse économique des ressources géologiques

Les concepts de l’économie industrielle seront appliqués afin de comprendre le rôle de la Recherche & Développement et de l’innovation dans le domaine des ressources géologiques non encore exploitées : ces ressources constituent-elles un moteur potentiel de la croissance économique et de la compétitivité extérieure d’une Nation ? Il s’agit notamment de comparer le coût économique à court terme engendrés par les secteurs travaillant sure ces ressources non encore valorisables avec les bénéfices éventuels à plus long terme.

L’analyse économique du développement des éco-industries dans la lutte contre l’épuisement des ressources sera abordée car le secteur du recyclage permettant d’augmenter la durée de vie de la ressource a un impact direct sur la pression exercée sur les ressources géologiques primaires. Le développement rapide de ces activités a une incidence importante sur la concurrence puisque les récupérateurs-recycleurs constituent une frange concurrentielle contre les oligopoles propriétaires de la matière première. D’autre part, si la production future devient conditionnée par la production actuelle, cela signifie que les profits de demain dépendent des profits d’aujourd’hui. Ce point peut être source d’instabilité économique. Enfin, il s’agit de comprendre l’apport de l’opinion publique, de l’affichage vert, de l’acceptabilité sociale dans le concept de responsabilité sociale des entreprises.

Les géosciences et les énergies décarbonées : les enjeux de la géothermie. Il s’agit d’explorer les possibilités offertes par la géothermie dans la recherche d’énergies durables. Ces recherches constituent un des points d’accroche avec le projet d’IEED « GEODENERGIES » du BRGM.

L’analyse économique des Géotechnologies et de l’utilisation du sous-sol.

L’analyse économique des enjeux du stockage géologique profond du CO2 a pour objet la mise en lumière des conditions de diffusion de cette technologie : quel rôle du progrès technique, quel seuil de rentabilité, comment l’atteindre ? Faut-il s’appuyer sur le leadership qui pourrait naître de l’innovation et des brevets ou faut-il s’appuyer sur la régulation (prix/taxes – quantités/permis, protocole type Kyoto…). Qu’en est-il de l’avenir de la capture et du stockage de CO2, et notamment des problèmes de dimensionnement de réseaux posés par le transport du CO2 à partir de petites sources d’émission ?

L’analyse économique des enjeux du stockage des déchets radioactifs mettra en lumière des conditions de diffusion de cette technologie : quel rôle du progrès technique, quel seuil de rentabilité, comment l’atteindre ? Quel impact de l’acceptabilité sociale et comment corriger le phénomène de « Not In My Backyard ». La maîtrise de cette technologie peut-elle conduire à l’émergence de Havre de pollution radioactive ?

L’analyse économique des risques et de l’incertitude dans le développement des géotechnologies : comment les agents économiques incorporent-ils le risque de fuite lors de la décision de stockage du CO2 en couche géologique profonde ? Quelle politique publique d’accompagnement face aux problèmes liés à la sécurité des sites de stockage des déchets nucléaires ?

Résultats :

Résultats du GP 4